Commerce équitable local et International.
Luttes et alternatives sociales et écologiques
Thomas Sankara : Nous encourageons l'aide qui nous aide à nous passer d'aide

Océane. Un café culturel pour la redynamiser

mercredi 25 janvier 2017, par Ingalañ Auray


Les locaux vides de La Pataterie pourraient retrouver de la vie avec la création d’un café culturel et associatif.

C’est une salle de concert. C’est un lieu d’échanges et de partage. Un endroit pour débattre, faire vivre les idées, élaborer des projets solidaires et apprendre. C’est aussi le site d’accueil du groupement d’achat service épicerie du pays d’Auray. Au final, c’est un projet culturel porté par l’association Ingalañ Bro an Alré qui devrait redynamiser la Porte Océane.

On parle là d’un projet enthousiasmant, qui peut réveiller une Porte Océane aujourd’hui assoupie après son départ plutôt réussi : installer un lieu de vie, diffusant de la musique et proposant de faire fructifier un débat d’idées qui aura pu germer, par exemple, dans les salles obscures du voisin Ti Hanok. « On veut essayer d’apporter notre contribution pour redynamiser la zone », annoncent Jean-Yves Le Mouillour et Gurvan Nicol, présidents d’Ingalañ Bro an Alré. L’association alréenne cherche depuis quelque temps un local. Pas seulement pour rassembler les troupes et définir la marche à suivre sur ces projets (développement du commerce équitable local et International et luttes sociales et écologiques) mais aussi pour y développer son Gase (Groupement d’achat service épicerie). Un groupement qui est installé sur le secteur depuis une petite dizaine d’années et qui maintient le cap fixé : « Favoriser la convivialité et démontrer qu’une nouvelle éthique basée sur la confiance est possible », rappelle Jean-Yves Le Mouillour. Moyennant une cotisation annuelle et une adhésion mensuelle, le Gase permet ainsi d’acheter des produits bio à prix coûtant... Les membres d’Ingalañ Bro an Alré, après avoir cherché le site idéal, semble avoir trouvé la perle rare : les locaux désertés depuis l’été dernier par La Pataterie, situés juste derrière le cinéma et à proximité d’un autre restaurant. « On veut proposer une salle de 300 places (jauge maximum) avec une scène de 20 m². Les étagères du Gase seront séparées de la salle de concert. On envisage d’ouvrir chaque midi mais aussi du jeudi au dimanche soir... avec deux à trois concerts par mois au départ », détaillent Jean-Yves et Gurvan. Des résidences d’artistes sont également possibles.

Endiguer la sinistrose

Les négociations sont entamées depuis plusieurs semaines. Et le projet entre dans le concret. Les travaux ont débuté.
« Les propriétaires du local (328 m²) sont très favorables à l’idée de proposer un lieu d’échanges culturels dans cet endroit... Il faut redonner de la vie à la Porte Océane ». Car après la fermeture de La Pataterie suivie, il y a quelques mois, de celle de l’hôtel Kyriad, la zone a subi un gros coup d’arrêt dans son développement. Si le centre aquatique et le cinéma, ainsi que le restaurant Alrégal, maintiennent le passage dans la journée, l’endroit se revêt d’un drap plus sinistre, quand la nuit tombe... Le besoin existe. L’envie est là. Les énergies aussi. Il reste maintenant à lever les derniers obstacles. La licence 3 était envisagée. Par arrêté préfectoral (proximité de la piscine), et malgré l’absence d’habitation dans un périmètre étendu, elle pourrait ne pas être accordée. Pas de quoi décourager l’équipe d’Ingalañ, qui veut faire marcher son réseau et proposer un système d’adhésion à l’année en créant un « café associatif ». Une opération de crowdfunding est également dans les tuyaux afin d’accompagner les travaux et l’installation de la sono, et de contribuer à lancer un acteur culturel qui marcherait main dans la main avec le centre Athéna. « Nous avons rencontré le directeur Christian Chamaillard et les élus alréens. Le maire, Jean Dumoulin, a semblé très enthousiaste ».

Le retour de Mamm Douar à l’horizon

Des discussions ont également eu lieu avec Auray Quiberon Terre Atlantique, qui s’est saisi de la compétence culture. Car derrière l’installation du café associatif d’Ingalañ, il y a encore un gros morceau : la relance du festival Mamm Douar sur le pays d’Auray. Le carnet d’adresses de Jean-Yves Le Mouillour est sans doute un élément à prendre en compte pour créer un événement musical porteur qui servirait de figure de proue à la politique culturelle d’Aqta... Un premier concert en plein air (mais de taille limitée) est étudié... Mais après l’ouverture du café, espérée en avril prochain.

Voir en ligne : Télégramme 25 janvier 2017

Accueil > Groupes Locaux > Bro an Alre (Pays d’Auray) > Presse > Océane. Un café culturel pour la redynamiser
SPIP | squelette | | Mentions légales | Crédits | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0