Commerce équitable local et International.
Luttes et alternatives sociales et écologiques
Thomas Sankara : Nous encourageons l'aide qui nous aide à nous passer d'aide

Ingalañ Bro Alré. Trois films pour repartir au combat

vendredi 30 décembre 2016, par Ingalañ Auray


« Opération Correa », de Pierre Carles sera diffusé le 14 janvier à Ti Hanok.

2016, qui brigue la palme des annus horribilis, se referme bientôt (enfin, diront certains). Pour se remettre en marche (de protestation), l’association Ingalañ Bro Alré propose trois rendez-vous début 2017. Trois éclairages sur les luttes d’ailleurs qui, de plus en plus, trouvent une résonance ici.

Le triomphe du populisme aux quatre coins de la planète, le repli communautariste, le retour en arrière déjà envisagé sur les (petites) avancées écologiques, l’Europe qui prend l’eau et les démocraties qui se fissurent... On l’aura compris, sans forcer sur la touche pessimiste, les jours de 2016 n’ont guère été pourvoyeurs en lueurs d’espoir. Ce n’est pas non plus jouer les Cassandre que d’envisager que les premiers mois de 2017 ne seront pas moins anxiogènes... Il nous faudra regarder vers ceux qui poursuivent la lutte pour des causes qu’ils estiment justes. Ceux qui luttent pour leur autonomie, leurs libertés, la préservation de leurs terres et de leurs cultures. Depuis sa création, l’association Ingalañ Bro Alré se fait le porte-voix de ces mouvements citoyens qui secouent les régimes autoritaires dans le monde. Dans un moment où, sans doute plus que jamais, il ne faut pas baisser les bras, l’asso alréenne propose trois soirées pour débattre, apprendre et s’afficher solidaires. Comme d’ordinaire, le cinéma Ti Hanok s’associe à ces trois rendez-vous pour proposer la projection de films.

Équateur

On commence le 14 janvier avec un ciné débat qui nous emmène en Équateur. « Après la projection (à 19 h) de deux films de Pierre Carles, " L’opération Correa " et " Les ânes ont soif ", nous recevrons Nathanaël Legeard pour un échange avec le public », expliquent Jean-Yves Le Mouillour et Gurvan Nicol, présidents d’Ingalañ Bro Alré. Nathanaël Legeard est l’ex-conseiller technique de Rafael Correa (président de la République de l’Équateur) et un spécialiste des monnaies locales.
Le débat s’orientera sur la lutte organisée par des associations contre la déforestation pétrolière, mais aussi sur ces monnaies. Nathanaël Legeard pourra prendre l’exemple d’une monnaie brésilienne créée pour sortir une favela de la pauvreté : « En 1998, les habitants de cette favela, Conjunto Palmeiras, décident de créer la Banque Palmas, institution communautaire de microfinance solidaire, et une monnaie locale qui n’a de valeur que dans le quartier, le Palmas ». Après une petite soupe et un débat, on y retourne à 21 h avec la projection de « On revient de loin, opération Correa 2 », toujours de Pierre Carles.

Australie

Plus tard, Ti Hanok et Ingalañ Bro Alré nous embarquerons vers l’Australie et la lutte des peuples Aborigènes. Vanessa Escalante présentera « Sovereignty dreaming, La Révolte des rêves » le 4 février à 20 h. La réalisatrice, qui s’est passionnée pour la culture et la mythologie des Aborigènes, retrace le combat des autochtones qui se sont élevés pour bloquer l’enfouissement de déchets nucléaire à Muckaty, une terre sacrée.

Vietnam

On quitte un continent pour un autre, mais avec toujours des peuples en lutte pour préserver leurs terres : le mercredi 15 février, Ti Hanok accueillera Tran To Nga, qui parlera de son livre « Ma terre empoisonnée ». Cette terre malade, c’est le Vietnam qui a vu grandir Tran To Nga. Durant la guerre, les épandages massifs de défoliants ont empoisonné des millions de Vietnamiens. Le poison, « l’agent orange », continue à tuer lentement les compatriotes de Tran To Nga, elle-même empoisonnée.

Voir en ligne : Télégramme 30 décembre 2016

Accueil > Groupes Locaux > Bro an Alre (Pays d’Auray) > Presse > Ingalañ Bro Alré. Trois films pour repartir au combat
SPIP | squelette | | Mentions légales | Crédits | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0